Immigrant Stories: The nurse, the detention centre & the women with bruises

From: Politics.co.uk
By Ian Dunt, Feb. 5, 2014

An occasional series of Immigrant Stories, shining a light on the people trapped in Britain’s immigration system.

“I was working in a local hospital when I saw these women come in with handcuffs on,” Susan says.

Susan is not her real name. She talks on condition of anonymity.

“I asked about it. It was clear they’d committed no crime.

“They’d been hunger striking in the corridors of the nearby detention centre. They were grabbed by the guards.

“The nursing notes said they had no injuries and were fine. When I saw them they clearly had wrist bruises which they sustained in Yarl’s Wood. There were bruises on their backs as well. They were very distressed.”

Susan’s experience left her disturbed. Why were women who had committed no crime arriving in handcuffs, bruised, under detention?

A little while later she read a newspaper report about Yarl’s Wood. Security personnel were guarding the perimeter fence against a reverend dressed as Santa trying to give gifts to the children locked up inside.

Read the rest here.

Philippe El Shennawy. Libre après 38 ans de prison

From: Le Télégramme, Jan. 25 2014

Philippe El Shennawy, the “perpetual prisoner,” was finally released from prison in France, after 38 years! 
Ses « premiers pas dans la vraie vie », il veut les consacrer à son épouse, à ses amis, aux gens qu’il aime et qui l’aiment : Philippe El Shennawy, l’un des plus anciens détenus de France, a recouvré la liberté, hier matin, après avoir passé 38 ans derrière les barreaux.

« Waouh (…). La vraie vie, c’est vous, c’est là ! », a lancé cet homme âgé de 59 ans à la masse de journalistes venus l’attendre à la sortie de la maison d’arrêt de Fresnes (Val-de-Marne). « Toutes ces années, il faudrait que ça serve à quelque chose », a-t-il ajouté, deux jours après avoir bénéficié d’une libération conditionnelle. Condamné à la perpétuité en 1977 pour un braquage avec prise d’otage auquel il a toujours nié avoir participé, il devra porter un bracelet électronique pendant deux ans. Il va commencer un travail de chef de projet dans l’événementiel culturel dès lundi.

« Comment j’ai fait pour tenir ? »

Extrait à l’aube de sa cellule, Philippe El Shennawy, qui a passé les deux tiers de sa vie en détention, est sorti peu après 9 h, avant de tomber dans les bras de son épouse, Martine. « Comment j’ai fait pour tenir ? », s’est-il interrogé, avant de marquer un temps d’arrêt pour réfléchir. « X raisons, les gens qui m’aiment, la non-acceptation de quelque chose que je n’ai jamais accepté… Et puis savoir que, de toute façon, j’allais sortir. » « J’ai envie de vivre », a-t-il ajouté, répondant aux questions des journalistes avec beaucoup de calme et de sobriété, sous les yeux de sa femme et d’un de ses deux avocats, Julien Dubs. « C’est la fin de l’attente après toutes ces années. Ça fait 35 ans que je l’attends. Oui, je suis prête », avait dit, peu avant sa libération, Martine El Shennawy.

Surnommé « le détenu perpétuel »

Depuis 1975, Philippe El Shennawy, surnommé « le détenu perpétuel » par les directeurs de prison, a connu un parcours carcéral hors norme : vingt ans à l’isolement, six années en internement psychiatrique, 42 transfèrements, 34 jours de grève de la faim, une tentative de suicide. Et deux évasions. Il va résider chez sa femme, hormis des permissions de sortir pour aller travailler, en semaine et le week-end en matinée, pour la famille, et retrouver leur fils Christophe, un « bébé-parloir » conçu lors d’une visite en prison.

La révision de son procès en ligne de mire

Si la liberté de l’ex-détenu restera très encadrée, il envisage de poursuivre son combat contre les longues peines et entend se battre pour la révision de sa condamnation pour le braquage d’une banque de l’avenue de Breteuil, en 1975, début de son long cycle d’enfermement. « Je veux être un témoin. Dire ce que j’ai vécu… Sans exagération », a-t-il soufflé. « Ça n’a pas de sens. Les longues peines, ça ne sert à rien. » Il a confessé que la prison lui avait apporté « une réflexion, une vision de l’humain ». « D’une certaine façon, j’ai toujours été libre », a-t-il déclaré avant de quitter, à pied, l’enceinte du centre de détention : ses « premiers pas dans la vraie vie ».

The Bulgarian Prisoners` Rehabilitation Association (B.P.R.A.)

This is reblogged from the website of the Bulgarian Prisoners Association:

The Bulgarian Prisoners` Rehabilitation Association (B.P.R.A.) was registered on 26.07.2012 in the Sofia City Court in Bulgaria. It involves only prisoners and ex-prisoners and thus it is the first of its kind in Bulgarian history and thus marks a massive leap forward in Eastern Europe prisoners’ rights.

The Association is the manifestation of the collective wills of prisoners in Bulgaria and shows their intensive and organised struggle to combat the corruption of the penitentiary institutions. Its main goal is to reduce the massive difference between prisoners´ rights in other E.U. member states and these in Bulgaria.


Contact:

Bulgarian Prisoners`Rehabilitation Association
PO BOX 485
Sofia 1000
BULGARIA
E-mail: bulgarianprisonersassociation@lists.riseup.net
WebsiteBulgarianprisonersassociation.wordpress.com

Българското Затворническо Сдружение за Рехабилитация (Б.З.С.Р.) беше регистрирано на 26.07.2012 в Софийския съд на България. Асоциацията включва само бивши и настоящи затворници. Тя  е първата по рода си  в  историята на България и с това бележи огромна крачка в защита на правата на лишените от свобода в Източна Европа. Асоциацията е израз на колективните желания на затворниците в България и показва открито тяхната интензивна организирана борба с корупцията в съдебно-наказателните система. Главната цел на сдружението е да се застъпи за правата на затворниците в България и ги доближи поне малко до тези в други страни членки на Европейския Съюз.

Hunger-Thirst strike in Dutch deportation centers (NL)

People inside immigrant detention centers in The Netherlands (Rotterdam / Schiphol – Amsterdam) are on a hunger strike. Now several are also refusing to drink. We need to show support and make politicians act now!

From: Getting the Voice Out / Deportatieverzet:

CALL FOR SOLIDARITY WITH HUNGER AND THIRST STRIKERS IN DETENTION CENTERS IN THE NETHERLANDS

Public indictment against the system of repression we call Fortress Europe

About 60 asylum seekers in detention center in Rotterdam, the Netherlands, have been in hunger strike for four days now. 18 of them also stopped drinking since Wednesday 8th of May. They are protesting against the asylum policy that criminalizes refugees: they get thrown out on the streets without money or shelter and they get detained in prisons for up to 18 months. The refugees on hunger strike demand not to be treated as criminals anymore. They clearly statedthey want freedom and protection.

Wave of hunger strikes

Wednesday May 1st, twenty refugees in detention center Schiphol went on hunger strike. While the guards brutally broke down the strike in Schiphol, by putting the hunger strikers in isolation cells, about 80 refugees in detention center Rotterdam started a hunger strike on Monday 6th of May. One day later,fifty women in detention center Brugge (Belgium) also went on hunger strike.
A thirst strike is even more dangerous than a hunger strike: the latter can last for 40 days before people get in a critical situation, whereas a person who does not drink will be dead after one week.

Government arrogance

The Dutch government has shown an unbelievable arrogance in this matter.

At first, they did not respond to the demands of the refugees at all. One parliament member of the ruling party People’s Party of Freedom and Democracy (VVD) even went as far as to say the refugees “were taking the government hostage” by going on hunger strike. Then, as late as Thursday 9th May, they “provided” a worthless “offer”. In return for the end of the hunger strike, the government “offered” to shorten the usual 17 hours a day detainees are locked inside their cell with a few hours.

The hunger and thirst strikers of course rejected this ridiculous proposal and they will continue with their protest.

But things are getting very serious right now. As of Friday the third day without water begins for the refugees who have no other means of getting their voice out than to go on a hunger or thirst strike.

Refugees searching for a better life get thrown into a Kafkaesk bureaucracy of having to provide proof that doesn’t exist in order to get their permit to stay. Once rejected, undocumented refugees get thrown out on the streets and get denied basic human rights, such as food, shelter, work and health care. Racist police hunt them down and jail them. In detention, refugees are stripped from their dignity, their autonomy, their lives and their future. Once deported, no one ever hears from them again.

Right now, refugees in detention center Rotterdam are directly and unmistakeably demanding their rights and their freedom.
The government will have to respond very quickly and adequately, if they don’t want to be held responsible for dozens of deaths.

Call for solidarity

We are strongly calling for solidarity from our friends throughout Europe. Solidarity with the hunger and thirst strikers in special; and with refugees in general. The state is aimed at excluding everyone who is not directly exploitable by capital. Make it known how this insane migration policy of repression destroys the lives of hundreds of thousands of refugees.
Show your solidarity by spreading this message.

Print this letter and post it everywhere, preferably to walls that symbolize exclusion by Fortress Europe: parliament buildings, embassies, deportation offices, immigration offices, etc. Letter removed? Glue it again. Everywhere.

TOGETHER WE CAN FIGHT FORTRESS EUROPE!

Liberté pour les prisonniers de Villiers-le-Bel: 1st of February, Paris

“Liberté pour les prisonniers de Villiers-le-Bel” le vendredi 1er février 2013 à la Gare Expérimentale à Paris.

Projections, prises de parole, tables de presse, bouffe, bar, concerts, open mic, sound system…

Concert avec Killabizz & Ursa Major, Don K.Sen, Dangereux Dinosaures, Wira (Zakariens), Fik’s (Fik’s & P.Kaer)
+ BBoyKonsian Sound System (Jusqu’à 04H00)

Horaire: à partir de 19H00
Tarif: 5 euros

La Gare Expérimentale
0 bis avenue Lucien Descaves
75014 Paris

EU Court Fines Italy for Prison Overcrowding

Please grant French Citizen Philippe El Shennawy a Pardon

A letter to the French Président, from the lawyers of Philippe El Shennawy, a French prisoner who has been in prison since 1975, and who should have been released 16 years ago, but who is still in prison. 

Philippe received news on December 12th, 2012, that the “Tribunal de l’application des peines” pushed back the date of a possible parole date to 3 years, that is 3 more years he has to wait, for what? Philippe is 58 years of age!  On the evening of the news, Philippe tried to commit suicide… 

Philippe needs to be released on a pardon or parole, because hi ssentence is far too long to do, and he has been inside for 37 years already.
Paris, le 28 décembre 2012

AFF. EL SHENNAWY Philippe (recours en grâce)

N/REF. 1212145 R VDM / MVDM

Monsieur le Président de la République,

Alors que les affaires internationales et de la France vous accaparent, je dois vous alerter sur le cas d’un français, un concitoyen, Philippe EL SHENNAWY que j’assiste aux côtés de ma consoeur, Virginie BIANCHI.

Cet homme est incarcéré depuis 37 ans; il a fait le choix de mourir car c’est l’expression de son ultime liberté; il vivra si vous le décidez.

Un recours en grâce a été déposé le 14 décembre dernier par ma consoeur BIANCHI.
Je suis son avocat depuis 1996 et je peux affirmer que la justice lui est aujourd’hui redevable.
Certes, Philippe EL SHENNAWY, incarcéré depuis 1975 purge des peines en répression de faits pour lesquels il a été déclaré coupable, mais cet homme aurait pu être libre depuis 16 ans, s’il n’avait été victime de dysfonctionnements de la justice lors de l’instruction d’une affaire dans laquelle son innocence a été reconnue trop tardivement… Il s’agissait d’une instruction ouverte au Tribunal de CHATEAUROUX pour
complicité d’évasion; dossier criminel.
Une jeune magistrate a accepté de rechercher et recueillir en un mois et demi les preuves de son innocence, ce que ses prédécesseurs avaient refuse de faire pendant 5 années.

Ce juge acceptait de rendre le non-lieu que j’avais sollicité, mais il fallait les réquisitions du Procureur de la République ; ce non-lieu s’imposait non seulement en l’état du dossier mais aussi parce qu’il pouvait permettre à Philippe EL SHENNAWY d’être accessible à brève échéance, à une libération conditionnelle.
Il remplissait les conditions requises et notamment une promesse d’emploi très intéressante.

Ce non-lieu sera rendu trop tard, parce que le représentant de la société en a voulu ainsi….
Pourtant ce magistrat savait tout de la situation d’EL SHENNAWY; il connaissait le dossier et je l’avais alerté ainsi que la Chancellerie. J’ai été le témoin du désespoir de cet homme qui n’était plus un rebelle mais
un mari, un père, un grand père, un ami qui aspirait à retrouver sa place dans la société; il parlait déjà de son passé comme un gâchis…
Sa famille a douté pour la première fois, faute de percevoir une issue possible.

EL SHENNAWY n’a pas réintégré le Centre de détention de BAPAUME lors d’une permission de sortir, il devenait dès lors un évadé.
Qui donc l’a acculé à cette décision?
Qui donc l’a déterminé à récidiver lui qui se trouvait dans la clandestinité?
Il a été repris, la justice détenait le mobile de son intransigeance.
Isolement, transferts, retransferts, fouilles corporelles, traitements indignes…
Une contrainte humainement insupportable, une personnalité pourtant si riche, gommée.

Grèves de la faim, sa vie qu’il décide de mettre en péril car il n’a pas d’autres moyens de se faire entendre.
Hospitalisation d’office en psychiatrie, diagnostic d’un délire persécutoire centré sur l’administration pénitentiaire.

Transféré à MONTFAVET, il reprend conscience et réalise au contact des fous, qu’il n’en est pas un…
Il s’évade.

La presse titrera sur la dangerosité de cet homme, lui mettant sur les mains le sang qu’il n’a jamais fait verser. L’on ne voudra retenir que l’image jaunie du rebelle d’il y a 30 ans, plutôt que celle de l’homme de culture et de science qu’il était devenu.
Parlera-t-on de cette émeute qu’il a matée en prison, du sang qu’il a empêché de couler alors qu’il purgeait une peine de réclusion à perpétuité?
Non!
Pas plus que de cette justice qui l’a conduit à l’extrémité de l’humainement tolérable, alors qu’elle avait tort et qu’elle l’avait admis trop tard.

Il sera repris alors qu’il avait rejoint son épouse pour la Saint Valentin.
Il rendra compte à la justice qui lui fera payer le prix de sa liberté volée.

Philippe EL SHENNAWY est âgé de 58 ans.

L’Etat français a été condamné pour traitements inhumains à son encontre par la Cour Européenne.

Sa fin de peine est fixée à 2032!

La Cour d’appel de VERSAILLES ne lui accorde qu’une confusion de peines de 2 années.

Le 12 décembre dernier, le Tribunal de l’application des peines a repoussé à 3 ans le délai pour présenter une demande de libération conditionnelle, alors qu’ un emploi l’attend aujourd’hui.

Dans 3 ans ce sera trop tard!

Cette décision repousse au delà du supportable l’espérance de liberté.

Quel sens donner aux intérêts “revolving” que la justice veut lui faire payer sur les 37 années de prison déjà exécutées?

Il faut aujourd’hui se rappeler qu’il y a 16 ans à CHATEAUROUX, la justice a failli envers lui.
Il faut se rappeler que ce dysfonctionnement a été déterminant dans la compromission de ses perspectives pourtant sérieuses de réinsertion professionnelle et de ses chances de sortie.

Il faut se rappeler également que cette impasse dans laquelle il a été plongé malgré lui, explique son désespoir et son évasion.

Sa situation n’est ni lisible, ni compréhensible.

Il y a encore peu, sa survie s’alimentait d’espoir.

Puis l’espoir s’est éteint, pourquoi donc survivre?

Philippe EL SHENNAWY a refusé de faire appel du jugement du 12 décembre.
Il s’est familiarisé avec l’idée de la mort; la spiritualité et la philosophie lui ont apporté une pacification intérieure et la conscience qu’a présent, le refus de se nourrir quand on le lui impose, de sortir en promenade quand elle est seulement autorisée, de dormir après l’extinction des lumières, est l’expression du seul espace de liberté qui lui soit accessible, même si la mort l’attend.

Sa tentative de suicide le soir de la notification du jugement insensé du 12 décembre est une punition qu’il s’est infligé pour avoir eu confiance en cette justice dont j’affirme qu’elle a toujours une dette envers lui.
Une condamnation à une mort lente s’exécute dans l’enceinte du Centre de détention de POISSY.
Cet homme, ce condamné, n’a pas de sang sur les mains, il a même autrefois, sauvé des vies dans les murs d’une autre prison.

Philippe EL SHENNAWY va mourir, mais vous pouvez lui sauver la vie en lui accordant cette grâce.

Je me tiens à votre disposition pour vous rencontrer si vous le décidez à l’occasion de l’examen de la décision de grâce sollicitée.

Vous remerciant de votre attention,
Je vous prie de croire, Monsieur le Président de la République, à l’assurance
de ma plus haute considération.

Ph. van der MEULEN

VAN DER MEULEN & MARIAN
Association d’Avocats à la Cour
Philippe van der MEULEN
Maud MARIAN
DEA Droit International Public
Avocats associés
Alexandre- Marie RAMSAMY
Françoise TOMASINI
Avocats à la Cour
Monsieur Françoise HOLLANDE
Président de la République
Palais de l’Elysée
55, rue du Faubourg Saint Honoré
75008 PARIS
_________________________________________________________________________________
30, rue de Lisbonne – 75008 PARIS
Téléphone : 01 42 89 10 77 – Télécopie : 01 42 89 06 97
vandermeulen.avocats@gmail.com
Toque R63
Membres d’une Association Agréée, autorisant le règlement par chèque
V:\E\EL SHENNAWY\RECOURS EN GRACE\PRSDT REPUBLIQUE 28 12 12.doc